Couple couché dans le gazon

Infiltration du cordon spermatique

Elle est proposée en cas d’échec des traitements médicaux. Il s’agit d’un geste simple de quelques minutes à visée diagnostique, mais aussi thérapeutique.

La technique consiste à infiltrer le cordon, le plus haut possible dès sa sortie du canal inguinal, par un anesthésique local non-adrénaliné à longue durée d’action. Elle permet d’affirmer le mécanisme de la douleur.

Le test est positif quand la douleur spontanée et l’éventuelle douleur déclenchée par la pression locale à l’examen clinique (de l’épididyme ou du testicule) disparaissent le temps de l’anesthésie locale.

La positivité du test permet d’affirmer que l’origine de la douleur est située en aval du site d’infiltration éliminant donc par la même, la possibilité d’une atteinte située en amont, par exemple au niveau de la charnière thoraco-lombaire. Si le bloc, correctement effectué, est négatif avec une douleur persistante, il faut s’orienter vers une pathologie plus haute, située soit sur le trajet des nerfs ilio-inguinal ou génito-fémoral soit au niveau rachidien autour de L1.

Il n’existe pas de schéma de répétition des infiltrations validé de façon consensuelle dans la littérature. Le bloc peut être réalisé en ambulatoire et répété en cas de succès associé à un corticoïde, selon la durée de la période d’amélioration de la douleur.